Pincées de rêve

Concert du TrioPolycordes consacré à des oeuvres de Bruno Giner, Alexandros Markeas, Fabien Cali, Philippe Schoeller et Sylvain Kassap. Ce programme illustre l’étroite collaboration entre le trio et les compositeurs de la scène française.   

Programme : 
TCP 17 de Bruno Giner  (9’30), pour mandoline, guitare, harpe
« Cordes à pincer ou à gratter, à claquer ou à caresser ou peut-être, tout simplement à jouer… Jouer avec des modes de jeu en imitation, quelques sonorités électroniques imaginaires et autres effets instrumentaux. Pour autant, jouer cette pièce nécessite de la part des interprètes énergie et poésie : l’énergie pour quelques rythmes pulsés, la poésie pour les résonances et le timbre. »
Bruno Giner, 2017 

Une pincée de ciel d’Alexandros Markeas (10’), pour mandoline, guitare, harpe
« La pièce s’inspire de la poésie de Gherasim Luca et plus particulièrement de l’idée d’une pensée en mouvement circulaire que le poète exprime souvent dans ses écrits. J’ai voulu traduire son obsession du recommencement interrompu avec des éléments sonores qui se déploient, se transforment, se désagrègent et se reforment pour repartir sur le même cycle. Imaginée aussi comme une danse, la pièce est construite autour de différents principes de micro-polyrythmie : les mouvement rythmiques de déphasage et de synchronisation continus créent un discours musical mobile et instable. Les matières sonores foisonnantes et éclatées qui en résultent oscillent constamment entre ordre et déosrdre, pour mieux exprimer l’oxymore de la frénésie statique cher à Gherasim Luca. »
 Alexandre Markeas, 2017 

Clockworks de Fabien Cali (10’46)
(Ecoutez l’émission de France musique du 23 septembre 2017)

Venezia Alpha de Philippe Schoeller :


Sixty-one Ropes Shibari de Sylvain Kassap (10’), pour mandoline, guitare, harpe
« Shibari se traduit par attaché, lié ; terme général désignant le fait de ligoter un sujet. 6 pour la guitare, 8 pour la mandoline, 47 pour la harpe, elles sont bien sixty-one, les cordes (strings normalement pour les instruments, mais ropes dans le titre, tant les trois instruments semblent liés. Sixty-one Ropes Shibari (se) balance continuellement entre tension et détente, violence et onirisme, tempo soutenu presque groovy et pulsation zétirée à l’extrême, paroxysme et dépouillement… »
Sylvain Kassap  

3 musiciens :   
Sandrine Chatron, harpe
Florentino Calvo, mandoline
Jean-Marc Zvellenreuther, guitare