Twine

Tom Bierton : Composition, chorégraphie, électronique 
Sophia Noblet : Chorégraphie 
TrioPolycordes :
Florentino Calvo : mandoline, baglama 
Sandrine Chatron : harpes 
Jean-Marc Zvellenreuther : guitare électrique 
Compagnie Eléments  : 3 danseurs

Note d’intention de Tom Bierton

Dans les représentations de musiques indiennes et de Konnakol la danse est souvent intrinsèque à la musique, par ce qu’offre le mouvement de compréhension et d’appréciation des complexités rythmiques, par l’ajout de strates sonores via les bracelets et bracelets de cheville à grelots.

Au trio de musiciens sera donc associé un trio de danseurs, apportant une symétrie scénique. Dans la continuité des explorations que j’ai commencées l’année de ma formation à l’Ircam, je veux chercher les points de synesthésie entre le son et le mouvement dansé, créer des patterns visuels qui expliquent, augmentent ou détournent les trames rythmiques sonores.

Les musiciens et les danseurs seront tous sur scène, partageant le même espace, et répartis symétriquement en trois duos musique/danse. La chorégraphie de chaque danseur sera travaillée comme une extension de l’instrument auquel il sera associé.
Le principe est de créer une synesthésie forte entre le matériau sonore de chaque instrument et son augmentation visuelle chorégraphiée, pour pouvoir jouer ensuite à mélanger les sources sonores et visuelles.
Au delà de l’amplification nécessaire des instruments, l’électronique principale, plutôt sobre aura pour rôle premier de servir de liant entre les gestes instrumentaux et les gestes dansés, mais contribuera au cours de l’oeuvre à créer des trompe l’oreille, en déplaçant les sources sonores, et en suggérant une densité et une multiplicité de matières qui sembleront – incitées par la chorégraphie – s’extraire du jeu des interprètes.
Une électronique secondaire, entendue ponctuellement sur un ou deux hauts-parleurs cachés dans le public, servira à créer des suspensions et déchirures dans la toile hypnotique de gestes et de sons, ouvrant à des jeux de regards des interprètes, détachant momentanément la focalisation du public de la scène, et ouvrant la suggestion d’un univers sonore plus large dont la partie visuelle associée reste invisible.

Dossier de présentation